> Fiche conseil > Environnement > Grippe aviaire : comment se prémunir des risques ?
Demandez un devis >

Grippe aviaire : comment se prémunir des risques ?

Sauvages ou domestiques, les oiseaux sont les principales victimes de la grippe aviaire. Cette dernière suscite souvent l’inquiétude des autorités sanitaires et de la population. Et pour cause ! La maladie est à la fois dangereuse et contagieuse. Au sein d’une exploitation, elle peut provoquer la mort de l’ensemble de la volaille avant de se propager aux fermes environnantes.

En principe, les humains ne sont pas infectés par le virus aviaire qui est un virus grippal de type A. Toutefois, un sous-type de virus, appelé H5N1, s’est révélé, à quelques reprises, pathogène pour l’homme. Ainsi, aux niveaux national et mondial, les autorités sanitaires redoutent le risque de pandémie et se montrent très vigilantes.

En France, la grippe aviaire est considérée comme un danger sanitaire dont il faut obligatoirement faire la déclaration aux autorités compétentes. Si vous avez le moindre doute concernant vos animaux, contactez rapidement un vétérinaire. Pour l’heure, il n’existe pas de vaccin ni de traitement pour vous permettre de protéger vos animaux. Toutefois, un ensemble de bonnes pratiques, vous permet de minimiser les risques d’apparition de grippe au sein de l’exploitation.

Maîtriser toutes les entrées et les sorties sur l’exploitation

Le virus aviaire circule. Il peut être véhiculé par votre matériel, les personnes qui travaillent sur l’exploitation ainsi que par les contacts entre les oiseaux sauvages et les oiseaux domestiques. Dans la mesure du possible, vous devez contrôler toutes les entrées et les sorties qui ont lieu sur votre exploitation :

  • attention aux animaux que vous achetez : assurez-vous qu’ils soient en bonne santé et que vous connaissez leur provenance,
  • essayez de conserver votre exploitation fermée : les enclos ou les poulaillers limitent les contacts entre vos animaux et la faune extérieure,
  • identifiez le matériel utilisé sur l’exploitation : d’où vient-il ? Est-il propre ?
  • prévenez et formez les personnes qui travaillent sur votre exploitation. Elles peuvent également servir de véhicule pour le virus,
  • soyez très exigeant en matière d’hygiène (les équipements et le matériel doivent être régulièrement nettoyés).

Observez vos animaux et isolez rapidement les cas suspects

Chez les oiseaux domestiques, les symptômes de la grippe aviaire sont de type respiratoires, digestifs ou bien nerveux. Le symptôme qui est le plus visible est la hausse rapide de la mortalité de votre volaille.

Auparavant, vos oiseaux peuvent manifester quelques troubles : les volailles sont affaiblies, demeurent prostrées ou bien titubent à chaque déplacement. Certains oiseaux maintiennent leur tête baissée ou présentent des signes neurologiques. Les poules peuvent pondre des œufs à coquille molle ou bien cesser leur cycle de pondaison. Les autres symptômes sont les diarrhées, une respiration difficile ou bien des hémorragies.

Pour rappel : la déclaration de la grippe aviaire est obligatoire ! Nous vous conseillons d’isoler et de conserver le cadavre d’un animal pour pouvoir le présenter à votre vétérinaire. Il examinera les causes de la mort de l’animal.

En cas de présence avérée du virus, les autorités sanitaires françaises mettent en place des mesures pour empêcher la propagation de la maladie : le plus souvent, les exploitants sont contraints d’abattre leurs animaux. Sachez toutefois que le gouvernement prévoit des indemnisations pour les exploitations touchées par le virus.